La clinique Nos services Contactez-nous
Clinique de santé Michel Morissette Nos Services
  » Accueil » Nos services

L'acupuncture:

 

Qu'est-ce que l'acupuncture ?

Elle a été définie légalement au Québec comme une méthode traditionnelle orientale dont le but est d’améliorer la santé ou de soulager la douleur.

L’acupuncture constitue le volet majeur de la médecine traditionnelle orientale et s’intéresse et s’adresse à l’aspect dit « énergétique » de l’être humain.  En effet, la Médecine traditionnelle chinoise parle de l’évaluation et du traitement de l’énergie ou « Qi » (prononcer : « chi »).

L’acupuncture est un exercice thérapeutique basé sur l’établissement préalable d’un diagnostic énergétique.   Ce diagnostic nécessite un examen clinique visant à évaluer l’état énergétique de la personne qui consulte.   Le traitement d’acupuncture lui-même est constitué par l’acte de stimulation, au moyen d’aiguilles, de certaines zones déterminées de la peau, des muqueuses ou des tissus sous-cutanés du corps humain, zones nommées points d’acupuncture.   Outre l’aiguille, l’acupuncteur peut utiliser la chaleur, les pressions, le courant électrique ou les rayons lumineux (laser) lors de cette stimulation.

L’ensemble des sites ainsi stimulés lors d’un même traitement constitue une prescription de points que l’acupuncteur applique aux fins du traitement et qu’il modifie en fonction de l’évolution de l’état de santé du patient.

Les auteurs s’entendent pour affirmer que l’acupuncture est une véritable méthode thérapeutique, une médecine à part entière, qui s’intéresse aux différents troubles de santé des êtres vivants, et pour nous, plus particulièrement des humains.

Ce Qi correspond à l’aspect électromagnétique du corps humain ; les connaissances en physique électrique de la civilisation chinoise ancienne étant très probablement inexistantes.

Cette « énergie » (ou électricité) que la médecine officielle ne connaît (ou reconnaît) pas (et donc ne tient pas compte et n’enseigne pas) circule dans un  réseau de canaux appelés « méridiens ». À chaque organe ou système correspond au moins un méridien spécifique. De plus, les méridiens acheminent l’énergie dans tout l’organisme afin d’alimenter énergétiquement le cerveau, les organes, les muscles, les os, les nerfs, les glandes et tous les autres systèmes afin de permettre au corps et à l’esprit un bon fonctionnement.

Ces méridiens, de plus, relient les organes entre eux, mais aussi établissent des liens entre la profondeur et la surface (biao-li).

Cette correspondance « interne-externe » est d’une grande importance, car non seulement peut-elle faciliter la compréhension globale d’un problème de santé particulier, mais surtout, elle permet le traitement de l’intérieur à partir de l’extérieur via ces mêmes méridiens.

Exemple :

Pour traiter une constipation, l’acupuncteur utilisera, entre autres, le méridien du Gros Intestin (GI).

Le trajet superficiel de ce méridien GI débute au bout de l’index, remonte le bras sur sa face externe, passe par le pointe de l’épaule, puis par le haut de l’omoplate, puis par la base de la nuque, revient devant au dessus de la clavicule, monte le long du cou pour se terminer tout près du nez, à côté de la narine opposée.

On ne sera donc pas surpris de constater parfois, chez un patient présentant déjà un problème du gros intestin (constipation, inflammation ou autre), une douleur à l’épaule et/ou une congestion nasale chronique (soit allergique ou infectieuse résistante aux antibiotiques) et/ou un trouble cutané (ex : eczéma) situé sur le trajet de ce méridien (GI).

Un traitement acupunctural global pourra alors traiter à la fois le problème organique interne (constipation), mais aussi sa manifestation plus superficielle (allergie, sinusite, douleur du bras ou de l’épaule, eczéma, etc…

En fait, l’énergie du gros intestin appartient à un système encore plus vaste nommé « Yang Ming ».

Ce système Yang Ming englobe le système digestif (gros intestin et estomac, mais aussi, selon les travaux du Dr Maurice Mussat, la sérotonine (neuromédiateur jouant un rôle dans l’endormissement et l’humeur), la thyroìde, une partie du métabolisme du calcium, les immunoglobines de type A (IgA), etc…

Traditionnellement, selon la loi des 5 mouvements (ou 5 éléments), l’énergie du gros intestin est en lien avec l’automne et l’émotion tristesse.

L’acupuncture est habituellement pratiquée de deux façons :

  • « Traiter la feuille » (ou traiter les symptômes): c’est-à-dire le traitement d’urgence, d’action plus superficielle, pour soulager rapidement un malaise ou une condition aigüe telle que : douleurs, rhume, grippe, mal de tête, crise d’anxiété, nausées de grossesse, sinusite, etc… Habituellement, il y a soulagement rapide après un ou quelques traitements.
  • « Traiter la racine » (ou traiter la cause): c’est-à-dire le traitement en « profondeur » ou « de fond » d’un problème de santé chronique tel que : les malaises ci-haut mentionnés s’ils ont tendance à devenir chroniques, mais aussi, par exemple : fatigue, asthme, faiblesse du système immunitaire, allergies, troubles menstruels, infertilité, migraines chroniques, etc… Cette approche aura une action curative et préventive sur l’origine du problème ainsi que sur d’autres possibles problèmes associés. Et ce traitement d’action profonde et globale sur le corps aura normalement un effet durable. Habituellement, il s’effectue sur une période de temps plus longue et nécessite un plus grand nombre de séances (souvent 12 ou plus). À ce type d’approche, il peut être approprié de rajouter, une fois le problème résolu, des traitements préventifs intermittents (mensuels ou saisonniers).

Distinction entre acupuncture et médecine officielle (ou occidentale)

Ce qui distingue surtout l’acupuncture de la médecine officielle, c’est son modèle de référence.   Alors que la médecine officielle s’intéresse pour ainsi dire exclusivement à la dimension anatomique, physique de l’humain, l’acupuncture porte son intérêt à la dimension bioénergétique du système vivant.

Le modèle de l’acupuncture considère que l’être vivant est constitué d’une partie mécanique qui relève de la médecine officielle, mais que l’organisme est aussi constitué, preuves cliniques à l’appui, d’une dimension énergétique, électromagnétique, qui relève de sa compétence. Cette dimension énergétique est conceptualisée comme soutenant et dynamisant non seulement la dimension physique, mais aussi les fonctions de la psychée.

Nous pouvons donc avancer que l’acupuncture est complémentaire de la médecine officielle.   Nous entendons par là que la médecine officielle aura un impact physique alors que l’acupuncture aura un impact bioénergétique touchant la globalité des aspects de la personne.   Ainsi le médecin occidental attaque, grâce à son arsenal thérapeutique, la maladie en partant de l’extérieur alors que l’acupuncteur, pour sa part, traite le malade en s’adressant à l’intérieur en supportant ou stimulant l’organisme vivant lui-même, l’invitant, le poussant, le freinant, l’aidant à s’adapter et à retrouver son équilibre, lui permettant de se réparer lui-même, bien entendu dans la mesure où il s’agit de maladies ne mettant pas en danger la vie du patient.

Cela signifie qu’outre le fonctionnement mécano-scientifique connu, l’acupuncture repose sur des définitions différentes quant au fonctionnement de la physiologie des organes et du sang incluant l’impact des échanges ioniques qui prolongent les fonctions traditionnelles des organes et du sang.

Sans entrer dans le détail de la théorie acupuncturale, permettez-nous de donner en exemple les conceptions différentes du foie.   Du point de vue scientifique représenté par la biomédecine, le foie filtre le sang et fabrique la bile; du point de vue fonctionnel bioénergétique, représentée par la médecine traditionnelle orientale, l’énergie du foie/vésicule biliaire régit entre autres, les muscles. Ce qui signifie que tout trouble musculaire (douleur, inflammation, crampes ou autres) qui ne relève pas d’une cause neurologique devrait être évalué en faisant intervenir l’énergie du foie/vésicule biliaire.   Voilà une vision bien différente de l’approche médicale conventionnelle, et pourtant essentielle, avançons-nous, à la démarche de guérison du malade.

En résumé, l’acupuncture est une approche médicale aussi bien curative que préventive.   Elle peut être utilisée soit en alternative à la médecine conventionnelle, soit en complémentarité, selon le cas.   Les acupuncteurs sont reconnus comme des intervenants de première ligne et ils traitent depuis toujours des problèmes de médecine générale.

Comment se déroule une consultation type en acupuncture ?

L’acupuncteur agit un peu à la manière d’un détective qui cherche à connaître, à découvrir, le plus de symptômes, d’indices, de particularités, de caracté- ristiques possibles chez le patient qui le consulte. Le but en est, bien évidemment, de comprendre, selon les principes de la Médecine traditionnelle chinoise, le ou les déséquilibres énergétiques en jeu.

En plus des questions se rapportant directement à la raison de consultation, il utilisera les « quatre temps de l’examen » qui sont : interroger (sur les malaises, les conditions d’apparition des symptômes, les préférences alimentaires,   etc), palper ( localiser les zones douloureuses, prendre le pouls), écouter et sentir
( écouter les sons particuliers, sentir certaines odeurs), observer ( la posture, le teint, l’état émotionnel, les caractéristiques de la langue, etc).

Il mettra en évidence les faiblesses et les forces de son patient à l’aide des théories des Zang-Fu (Organes et Entrailles), des Méridiens (trajets énergétiques parcourant tout le corps), des Substances fondamentales (Xue, Qi, Jing, Shen, JinYe) , des 8 Principes (Yin, Yang, Interne, Externe, Plénitude, Vide, Chaud, Froid) ou encore de la Loi des 5 mouvements (associés aux 5 états qui sont Bois, Feu, Terre, Métal, Eau). À l’aide de tous ces renseignements, l’acupuncteur établira une opinion ou « diagnostic » énergétique.

Il sera ensuite en mesure de choisir une stratégie thérapeutique, c’est-à-dire, une prescription ou combinaison de points à stimuler.

Qu’est-ce qu’un traitement type d’acupuncture ?

Une fois l’analyse de la situation complétée, vient le temps d’effectuer le traitement. Selon la préférence du patient, mais dépendamment aussi du type de problème, l’acupuncteur utilisera les aiguilles ou le laser (voir chronique sur le laser dans les «  archives »).

La technique consiste à introduire de très fines aiguilles sur des points précis du corps, eux-mêmes situés sur des trajets ( méridiens) où circule le Qi (énergie). En fait, il a été démontré à l’aide d’ampèremètres, que les méridiens sont des courants électriques de faible intensité. Le trajet des méridiens correspondrait à l’aboutisse-ment, au niveau cutané, du plan de clivage inter-musculaire (l’espace -ou vallée- situé entre les surfaces musculaires) ; dans cet espace circule un fluide lubrifiant contenant des électrolytes responsable d’un courant « électro-ionique ».

La sélection et la méthode de stimulation des points sont basées sur le diagnostic énergétique. Tous les points choisis, ainsi que leurs combinaisons, ont un effet sur un organe, une région, ou une fonction déterminée de l’organisme et agissent, comme expliqué plus tôt, sur la manifestation (les symptômes) du problème et/ou sur sa cause.

Est-ce douloureux ?

L’insertion d’une aiguille est en général indolore ; autrement, la sensation est très brève et se compare à une piqûre de moustique. Les aiguilles composées habituellement d’acier et de cuivre (ce qui en fait de mini-piles ou dipôles) ), sont très fines (calibre comparable au diamètre d’un cheveu) et ne laissent aucune marque. Lorsque les aiguilles sont en place, le patient ressent souvent une impression de détente.

À quelle profondeur les aiguilles sont-elles enfoncées ?

D’abord, l’introduction des aiguilles ne se fait ni dans les nerfs, ni dans les veines, mais plutôt dans l’espace intermusculaire ou directement sur les muscles. La profondeur n’a aucune incidence sur la sensation. En général, elle se situe entre quelques millimètres à 1 centimètre.

De plus, chaque point comporte des indications précises quant à la profondeur et à l’angle d’insertion de l’aiguille. Depuis des milliers d’années, ces critères sont transmis aux acupuncteurs afin qu’ils puissent pratiquer leur art efficacement et en toute sécurité.

Outre les aiguilles, quelles autres techniques utilisons-nous ?

Classiquement, une tonification thermique de certains points à l’aide de la moxibustion (qui consiste à chauffer un point ou une aiguille avec une herbe appelée « armoise ») était parfois préconisée.

Personnellement, je trouve qu’une stimulation électrique sur certaines aiguilles, pour un effet accru, permet d’obtenir une effet comparable, sinon meilleur, et ce, sans les désagréments liés au moxa (odeur, fumée incommodante et risque de brûlure).

J’utilise fréquemment le laser en remplacement des aiguilles. L’effet est semblable pour la plupart des gens. Il s’agit d’une solution de remplacement pour les patients qui ont une crainte des aiguilles. Il est aussi indiqué, à cause de sa rapidité d’action, chez les enfants et les gens dont le temps est compté. (Voir texte sur le laser dans la section «action-santé» puis : « archives » : bulletin de février 2006 )

Y a-t-il des risques d’infection ?

Au Québec, les acupuncteurs sont soumis à une réglementation, imposée par l’Ordre des acupuncteurs, les obligeant à n’utiliser que des aiguilles stériles à usage unique. Cette mesure rend pratiquement impossible tout risque de transmission de maladie par une aiguille.

Y a-t-il des effets secondaires ou des risques associés à l’acupuncture ?

La NIH (National Institute of Health) rapporte que l’acupuncture ne produit que très peu ou pas d’effets secondaires et que ceci représente un avantage marqué en regard de certains traitements offerts par la médecine officielle.

Bien que minimes et occasionnels, certains effets secondaires sont possibles. Normalement, ces réactions se dissipent d’elles-mêmes ou sont corrigées au cours du traitement et posent rarement un problème pour le client. Ces effets peuvent être : légers saignements, petites ecchymoses (bleus) et/ou sensibilité aux sites d’insertion des aiguilles.

Si le laser est utilisé au lieu des aiguilles, le risque d’effets secondaires tels que hématome ou saignement est nul. Une légère chaleur pourrait être ressentie chez certaines personnes dans des zones de pilosité foncée; en effet, le laser étant une concentration de lumière, cette dernière produit de la chaleur sur des zones de couleur foncée qui y sont exposées.

Existe-t-il des contre-indications à l’acupuncture ?

Il est complexe d’énoncer des contre-indications formelles à l’application de l’acupuncture, puisque le principal effet  de cette thérapie est de permettre à l'organisme de retrouver son équilibre et de rétablir le dysfonctionnement corporel qui avait engendré la maladie. Son action vise donc à régulariser, à harmoniser et à rééquilibrer l’énergie du corps plutôt qu'à combattre uniquement la maladie.

Pour des raisons de sécurité, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié en 2001 « Principes directeurs pour la formation de base et la sécurité dans la pratique de l'acupuncture ». Ce document stipule les conditions ou affections contre-indiquées ou qui nécessitent certaines précautions :

  • troubles hémostatiques ;
  • urgences médicales et chirurgicales ;
  • grossesse : tout traitement d'acupuncture doit être fait avec grande précaution. L'utilisation de certains points d'acupuncture et de certaines méthodes de stimulation peut provoquer des contractions utérines. Il faut donc aviser votre acupuncteur si vous êtes enceinte ou si vous comptez le devenir afin que le traitement soit adapté à cette réalité;
  • tumeurs malignes :  cependant, l'acupuncture peut être employée comme mesure complémentaire, associée à d'autres traitements, pour soulager la douleur ou d'autres symptômes, les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie, et ainsi améliorer la qualité de vie.

Cependant, un acupuncteur expérimenté pourra  intervenir, avec discernement, malgré les contre-indications en cause. Par exemple, en dépit des contre-indications concernant  la grossesse, et compte tenu des développements et des résultats de recherches, des acupuncteurs expérimentés de nombreux pays font des suivis de grossesse, et ce, jusqu’à l’accouchement.

Combien de traitements sont nécessaires ?

Le nombre de traitements dépend de la gravité de la maladie, de son évolution, de son ancienneté et surtout de la vitalité du patient. Dans les cas aigus, des séances rapprochées sont nécessaires. Dans les cas chroniques, les traitements sont plus espacés et sont donnés jusqu'à amélioration ou stabilisation de la maladie. L'acupuncteur pourra mieux le préciser au moment de la première consultation.

Est-ce couvert par la RAMQ ?

Les traitements ne sont pas défrayés par la Régie de l'assurance-maladie du Québec. Cependant, de plus en plus de compagnies d'assurances remboursent une partie du coût des traitements. Informez-vous auprès de votre assureur et insistez pour qu'il ajoute l'acupuncture à votre police d'assurance.

Quelle est la différence entre : l’Association des acupuncteurs du Québec (AAQ) et l’Ordre des acupuncteurs du Québec ?

L'Association des acupuncteurs du Québec (AAQ) est un organisme privé sans but lucratif formé par un groupe d'acupuncteurs. Sa mission est de diffuser et de promouvoir la médecine chinoise au Québec et de défendre les intérêts socio-économiques de la profession. L'adhésion à l'AAQ est volontaire et régie par l'intérêt de l'acupuncteur à participer à cette mission.

L'Ordre des acupuncteurs du Québec (OAQ) est un ordre professionnel au même titre que les autres ordres professionnels du Québec. Il a reçu de l'État le mandat de réglementer et de surveiller les activités professionnelles qui comportent des risques de préjudices pour le public. L'adhésion à l'OAQ est obligatoire afin de pratiquer l'acupuncture au Québec. Pour en savoir plus sur l'OAQ ou pour vérifier le statut officiel de votre acupuncteur, vous devez communiquer avec l'OAQ au : (514) 523-2882 ou au 1-800-474-5914.

Comment choisir son acupuncteur ?

Comme dans le cas de toute autre relation professionnelle, il est important de se sentir en confiance avec son acupuncteur. Toutefois, il ou elle doit absolument être inscrit(e) au tableau de l'Ordre des acupuncteurs du Québec pour pratiquer l'acupuncture au Québec.

Que vous obteniez le nom d'un acupuncteur par l'entremise des pages jaunes, d'un ami, d'une personne de confiance, nous vous recommandons de vérifier, par mesure de précaution, le statut actuel et officiel de cet acupuncteur auprès de l’Ordre des acupuncteurs du Québec au (514) 523-2882 ou au 1-800-474-5914.

Quelles maladies ou problèmes de santé peuvent être traités par acupuncture ?

L’acupuncture peut agir sur les systèmes suivants :

Système digestif :
ulcère, dyspepsie, douleurs gastriques en général, manque d’appétit, anorexie, hoquet, difficulté à avaler, colite, troubles intestinaux, diarrhée, constipation, ballonnements, hémorroïdes, troubles biliaires et du foie, nausées, vomissements, digestion lente, maladie de Crohn

Système respiratoire :
asthme, bronchite, emphysème, laryngite, sinusite, rhinite, toux, rhume, grippe, dyspnée, allergies, essoufflement

Système circulatoire :
engourdissements, membres froids, frissons, frilosité, enflure, œdème, hypertension, hypotension, palpitations, arythmie, hémorroïdes

Système urinaire :
troubles de la prostate, cystites chroniques (infections urinaires à répétition), pertes involontaires d'urine, difficulté à uriner, urines fréquentes

Système génital :
vaginite, menstruations douloureuses, abondantes ou irrégulières, arrêt des menstruations, frigidité, ménopause, troubles de la libido, troubles de l'appareil génital, impuissance, problèmes reliés à la grossesse, certaines infertilités, douleurs mammaires, troubles de la lactation

Système auditif :
certaines surdités, acouphènes, bourdonnements d'oreilles, sifflements, vertiges et étourdissements, syndrome de Ménière, douleurs d'oreilles, otites à répétition

Système oculaire :
troubles de la vision, conjonctivite, certaines baisses de la vue, éblouissements, début de cataracte, glaucome, taches noires, larmoiements

Système locomoteur :
hémiplégie, certaines paralysies, certaines atrophies et dystrophies musculaires, spames, crampes, syndrome des jambes sans repos ou "impatiences des jambes".

Système neurovégétatif :
nervosité, anxiété, insomnie, tics nerveux, phobies, état dépressif, fatigue générale, baisse de vigilance, obsessions, cauchemars, boulimie, vertiges, tremblements, perte d'équilibre.

Système cutané :
eczéma, zona, furoncles, dermatose, psoriasis, acné, urticaire

Allergies :
fièvre des foins, différentes allergies.

Traitement de la douleur (aigues et/ou anciennes) :
arthrite, rhumatisme, torticolis, maux de dos, douleurs cervicales, sciatique, lumbago, douleurs musculaires, maux de tête, migraines, traumatismes sportifs, épicondylite, crampes, entorse, bursite, névralgie du trijumeau, névralgie faciale, troubles des genoux, épine calcanéenne (de Lenoir), syndrome du tunnel carpien

L'acupuncture apporte une aide appréciable pour les conditions suivantes :

Grossesse :

Retard d’accouchement, nausées et vomissements, mauvaise digestion, constipation, douleurs dorsales, douleurs aux jambes,  mauvais circulation, œdème.

Esthétique : ( pour plus d’information, voir la section services spécialisés )

Effets bénéfiques pour : poches sous les yeux, relâchement cutané (joues, menton, paupières), rides, bouffissure du visage, pâleur, rougeur ou sécheresse cutanée du visage, acné, cellulite (cuisses, hanches)

Faiblesse immunitaire :

Rhumes, grippes à répétition, infections virales chroniques telles que zona, herpès buccal ou génital

Fatigues :

Fatigue chronique, asthénie, baisse de vitalité, baisse de vigilance

Tabagisme : ( pour une information détaillée, voir dans « chroniques » )

Divers :

Diabète, artériosclérose, cholestérol, hypoglycémie, hyperglycémie, anémie, mononucléose,épilepsie, maladie de Parkinson, sclérose en plaques, ataxie, myélite, fibromes, et peut aider à résoudre les problèmes d'intoxication : cigarette, drogue, alcool, obésité.

Peut-on traiter les enfants par acupuncture ?

On peut traiter avantageusement les enfants par l’acupuncture. De fait, les résultats sont souvent très rapidement obtenus, à cause d’une énergie vitale habituellement élevé et d’une rapidité de leur « énergie défensive » (« Wei Qi » en Médecine traditionnelle chinoise).

Des problèmes tels que : énurésie (pipi au lit), agitation, insomnie, infections répétitives (otites, bronchites, amygdalites), certaines allergies, eczéma, etc, peuvent être efficacement traités.

Nous offrons :
 
Services généraux
» Acupuncture
» Homéopathie
 
 
Accueil | La clinique | Nos services | Contactez-nous

Tous droits réservés © Michel Morissette | 819-777-9099 | michelm@michelmorissette.com
Conception site Internet - Ôla! Agence Interactive